10 leçons Business d’un freelance un an après s’être lancé à son compte


freelance. Il y a 1 an, je lançais mon activité de designer freelance (sans jamais avoir été salarié en agence). 1 an après, le constat: débuts très difficiles, mais ça en vaut la peine!

En 1 an, j’ai connu quelques hauts, et de nombreuses périodes creuses. Heureusement que j’ai ce blog, car il m’a apporté la plupart de mes clients.
Je n’avais pas clients parce que j’avais peu de travaux à montrer, et j’étais trop passif aussi. C’est le problème, vous pouvez être un très bon développeur, designer, ou coach. Mais si vous n’êtes pas efficace en business, marketing et vente… pas de clients.
Sachez-le, avoir juste un site web ne suffit pas à avoir des clients! Puis j’ai commencé à travailler avec des entrepreneurs, des agences web aussi. Ces derniers mois mon activité semble décoller. Parce que je suis plus actif, et parce que je suis meilleur en business, marketing et vente.
Donc sans plus attendre, voici pour vous 10 leçons que j’ai apprises en 1 an de freelancing.
1. IL FAUT ÊTRE DÉCISIF EN VENTE
Voici typiquement ce que fait un freelance amateur. Il voit une annonce, un prospect le contact. Qu’est-ce qu’il fait? Il laisse couler, prends tout son temps pour renvoyer une réponse, un devis, ou appeler. Il contactera la personne peut-être demain. Quand il le fait, il envoie un banal devis avec un chiffre. C’est souvent trop tard. Et il ne sait pas pourquoi il a raté ce client.
Quelqu’un lui est probablement passé devant, et a engagé le projet plus loin que lui.
La prochaine fois que vous voyez une annonce passer sur Twitter ou une plateforme, ou que vous recevez un email, n’attendez pas, traitez la demande au mieux dès que vous la voyez. Visez à être décisif. Jouez pour gagner. Faites votre travail de préparation.
Souvent, la vente ne revient pas au plus compétent, la vente revient à celui qui a été le plus décisif, le plus répondant.

  1. FAIRE BEAUCOUP DE MARKETING
    Imaginons, vous avez un projet, vous le menez à bien et le contrat est terminé. Sauf que vous n’avez plus fait de marketing, vous n’avez pas de nouveau projet client. S’en suit une traversée du désert plus ou mains longue. Pas de rentrée d’argent.
    Vous avez besoin de consacrer plusieurs heures par semaines à faire de la prospection, à faire votre marketing pour obtenir de nouveaux prospects, et prévoir si possible votre calendrier plusieurs mois à l’avance.
    Donc durant vos projets clients, laissez toujours de la marge temps dans les délais pour faire votre marketing et prospection.
    Un freelance qui néglige son marketing s’expose à la traversée du désert.
  2. SAVOIR EXACTEMENT À QUI VOUS VOUS ADRESSEZ
    On est tenté de tailler sa communication pour attirer le plus de monde possible. C’est une erreur. Comment faites-vous pour qu’on fasse attention à vous si vous parlez à tout le monde? C’est in-marketable. Ça ne fonctionne pas. Vous n’attirez pas de clients en particulier.
    Choisissez votre cible. Par exemple si vous êtes un designer, ou un développeur, travaillez uniquement avec l’industrie musicale. Ou que les blogueurs voyages. Ou que les startup. Ou que les entrepreneurs.
    Chaque cible est très différente dans ses attentes et ses problématiques. SI vous vous adressez aux entrepreneurs, que votre communication est taillée pour les entrepreneurs, les entrepreneurs vous porteront plus attention que si vous parliez à l’industrie musicale.
    Ça peut sembler paradoxal, contre-intuitif, mais plus petit est votre focus, plus large il est.
  3. LAISSER DE LA MARGE DANS LES DÉLAIS DE LIVRAISON
    Vous avez envie de montrer à votre client que vous travailler rapidement, vous donnez un délai serré à votre client. Il sera livré tôt, il est content. Sauf qu’il y a toujours des problèmes, des imprévus (et le besoin de faire votre marketing). Résultat, vous livrez en retard, votre client n’est plus content.
    Vous ne voulez pas que votre client ne soit pas content, laissez-vous de la marge. Si un travail doit vous prendre un demi-journée, dites que ça vous prend 1 jour. Cela vous donne un tampon pour gérer les problèmes que vous ne comptez pas et qui vont forcément arriver.
    Le travail prend toujours plus longtemps que prévu à l’origine.
  4. NE PAS ÊTRE UN FREELANCE CHEAP
    C’est d’un simplicité folle, pourtant on peut mettre longtemps à le comprendre. Si vous vous vendez à des tarifs bas, vous allez repousser ceux qui veulent un service à haute valeur ajoutée, et vous allez attirer ceux qui veulent que vous travaillez à prix discount, qui ne vont pas accorder de valeur à votre expertise. Puis vous même, vous n’aurez pas envie de délivrer beaucoup. Ou alors, si vous êtes bon à ce que vous faites, il vont vous en demander toujours plus. Vous finissez ruiné, et en burn out.
    J’ai commencé à faire des sites web pour des clients, et je me suis aperçu que je pouvais faire un aussi bon travail qu’une bonne agence web. Sauf que je me vendais 4x moins cher. Mes clients me l’ont fait remarquer, alors j’ai fais du benchmarking, je me suis positionné par rapport aux meilleurs agences et freelance. Je suis un peu moins cher qu’une agence. Normal je suis seul et eux ont une équipe (ils sont sensés faire mieux. Enfin, en théorie.)
    Prix bas = freelance cheap, qui apporte peu de valeur, et qui attire de mauvais clients. Chargez vos tarifs!
  5. UTILISER LA PUISSANCE DE LA PROPOSITION COMMERCIALE
    C’est quoi une proposition commerciale? Plutôt que d’envoyer un banal devis avec un chiffre quand vous avez un potentiel client, envoyez un mini-dossier qui montrer exactement les solutions que vous pouvez apporter à votre clients. Mettez des images, des exemples, de précédentes réalisation similaires, du concret!
    Beaucoup de freelances ne font pas ça. Moi je le fais, j’ai peu de clients encore, mais ceux que j’ai eu m’ont dit que cette proposition commerciale les avaient impressionné.
    Ça demande un peu de travail à rédiger, mais ça vous différencie des autres qui ne font pas ça. Puis ça montre clairement au client comment vous pouvez répondre à ses besoins. Essayez!
    Bluffez vos clients avec une proposition commerciale millimétrée.

  6. ÊTRE CLAIR DÉS LE DÉBUT SUR LES DÉLAIS, PRIX, LA LIVRAISON, LE PROCESSUS
    En faisant ça, déjà le client sait déjà précisément à quoi s’attendre. Deuxièmement, il n’y a pas de mésentente sur le projet genre: « Ah, mais je pensais que vous faisiez ça », « ah bah non, on a pas du se comprendre », « Oui mais moi du coup ça m’intéresse plus tellement. ». Aie… En ayant le tarif, la date de livraison, le contenu de la livraison, le processus au clair dès le début, vous évitez beaucoup de problèmes.
    Si vous ne parlez pas du processus à votre client, il ne sait pas à vous allez, il est perdu. Alors qu’en lui indiquant à chaque fois où il est dans le processus, et quelles sont les étapes à venir, le travail ensemble devient alors plus facile. Ainsi vous êtes à la même page que votre client.
    Exemple: Une histoire arrivée à un confrère designer freelance. Il a bonne réputation, et une cliente lui a demandé de lui faire un site web, et ils sont partis tête baissée dnas le projet. Tout ça pour lui dire à la livraison que ce n’est pas le site qu’elle voulait… Il a livré un site, mais la cliente n’était pas satisfaite. Donc, soyez clair dès le début sur la livraison, les délais, le prix, et le processus.
    Avant de recevoir de l’argent soyez à la même page dés le début (délais, prix, la livraison, le processus.) Les projets sont plus faciles à mener dans ces conditions.
  7. OFFRIR UN GUIDE PDF ALLÉCHANT À VOS PROSPECTS
    Sur mon site, les gens peuvent s’abonner à ma liste email, et ils reçoivent un PDF avec mes tarifs, des témoignages de clients, des références, je parle de mon processus, de ma manière de travailler, et de qui je suis. Ainsi mon prospect a de nombreuses informations pertinentes pour démarrer un projet avec moi.
    L’avantage à mettre à disposition ce guide sur mon site, c’est que les gens n’ont pas besoin de me contacter par email ou téléphone pour savoir comment ça se passe de travailler avec moi. Ils savent tout avec ce guide avant même d’avoir échangé avec moi.
    Mettez à disposition de vos prospects un guide PDF de démarrage avec des témoignages, références, vos processus de travail, et toutes infos utiles.
  8. APPRENDRE VOTRE CLIENT À BIEN COMMUNIQUER AVEC VOUS
    Les clients ne savent pas toujours comment avoir une bonne communication avec vous. Ils ne connaissent pas comment vous parler, quelles sont vos attentes d’eux. Donc éduquez-les à bien communiquer. Sans une bonne communication, les incompréhensions arrivent, et les choses peuvent tourner au vinaigre.
    Communiquez beaucoup. Je communique essentiellement par email avec mes clients en design. Parfois on se passe un coup de téléphone, ça peut permettre de régler un problème complexe rapidement. Sinon, en début, milieu et fin de projet je fais une grande réunion Skype.
    Apprenez votre client à travailler avec vous — c’est un peu plus de travail mais moins de stress et de mauvais retours.
  9. METTRE LA BARRE PLUS HAUT À CHAQUE PROJET
    Faites-le pour vous. Délivrez plus que ce qui est demandé. Prenez des projets qui sont difficiles, un peu hors de vos compétences. Vous ferez plus d’heures, vous vous arracherez les cheveux parfois, mais à la récompense en vaut largement la peine. Vous aurez un portfolio de qualité, vous attirerez de meilleurs projets, et vous pourrez augmenter vos tarifs.
    Le dernier client que j’ai eu par exemple avait une idée ambitieuse, un site manga, qu’il voulait très différent de ce que faisait la concurrence. Il voulait beaucoup de fonctions. Je savais que j’allais devoir dépasser mes compétences, mais j’étais confiant. Résultat j’y suis arrivé. Ça m’as permis de développer mes compétences. Et autre gros avantage, ça me fait une belle référence à ajouter dans mon portfolio.
    « Un freelance qui ne cherche pas les défis, stagne, voire recule. »

Source